#STOPCULTURE

Bonjour,

 

Tout d'abord, je souhaite vous remercier pour votre fidélité et vos très nombreux messages de soutien. Je vous souhaite à toutes et tous de prendre soin de vous et de veiller sur vos proches, au moins par téléphone en cette période.

 

J'ai une pensée particulière pour le personnel hospitalier, débordé par cette épidémie virale, qui manque de moyens, d'effectifs, de matériels et de sites, ainsi que pour l'ensemble des personnes engagées face à la crise sanitaire actuelle.

 

Suite au communiqué de presse publié sur notre site internet le mercredi 28 octobre 2020, à l'article paru dans Ouest-France ce jour qui annonce la fermeture définitive de la galerie et aux précisions que j'ai pu y apporter ces derniers jours sur les réseaux sociaux, je vous confirme que j'ai pris la lourde décision de suspendre les activités de la galerie d'art actuel la Corbata Rosa.

Cette décision n'est pas liée au Coronavirus, car nous aurions pu continuer en respectant les gestes barrières et la distanciation sociale, ce le temps nécessaire à une reprise normale de l'activité. Nous avons passé le premier confinement seul, sans soutien public, à jouer dans la cour de récréation des GAFAM (internet), puis à nous adapter à l'ensemble des mesures imposées et aurions pu le faire à nouveau pour le second...

 

Nous aurions continué à contribuer à l'économie en payant charges fixes (prestataires, banques, assurances, hébergeurs, applications...), charges sociales et impôts car oui la culture indépendante ne coûte rien à l'état mais lui apporte en tout point.

 

Mais nous ne le ferons pas.

 

Nous n'avons eu aucun débordement à la galerie depuis le mois de mars, je félicite en cela l'ensemble de nos visiteurs et clients qui ont respecté les règles sanitaires imposées à la lettre malgré le flou général qu'accompagnait des annonces nationales sans autre support de médiation locale que leurs médecins traitants, les commerçants et les élus municipaux. Depuis le début de cet épisode, nous n'avons eu aucun cas de coronavirus dans l'établissement, aujourd'hui notre commerce de proximité voit moins de monde qu'un livreur à domicile et accueille le public dans de meilleurs conditions, nos visiteurs sont essentiellement locaux, ils viennent à vélo, à pieds ou en voiture, il n'y pas de contact physique, les paiements se font sans contact.

 

Non, je ne ferme pas à cause du coronavirus, je suis en grève et un entrepreneur en grève n'entreprend plus.

 

J'estime qu'il existe une profonde iniquité dans la gestion de la crise par notre gouvernement qui favorise injustement ceux qui contribuent le moins eu égard à leurs chiffres d'affaires aux fonctionnements de notre Etat, au lien social et osons le dire à notre économie. J'estime qu'il y a un manque de respect pour les petits, les indépendants, les structures locales fonctionnant en dehors d'un modèle de société que nous refusons... Nous serions des amishs, des gaulois réfractaires aujourd'hui après avoir été des sans-dents sous la mandature précédente.

 

J'ai pris acte de la situation, et j'ai décidé que nous ne réouvrirons pas à la suite de ce deuxième confinement car ce serait peut-être à nouveau pour travailler pour rien. M'engager sur des dates d'expositions, lancer de la communication pour apprendre une fermeture la veille ou l'avant veille pour le lendemain. Travailler dans ce qui pourrait être la suite d'une longue série de restrictions de nos libertés si nous ne revoyons pas sérieusement notre approche de la situation et si nous n'ouvrons pas des perspectives globales à notre lutte contre cette épidémie virale.

 

Je pense profondément qu'il n'est plus possible d'entreprendre localement dans notre pays avec la majorité actuelle en place sans y mettre sur la table notre indépendance et notre liberté. Ayant fait ce constat, je ne réouvrirai mon activité de commerce d'art qu'après de nouvelles élections législatives, quitte à attendre 2022.

 

Je pense qu'il est indispensable que les français se retrouvent à la suite de ce second confinement autour d'un vrai et réel débat de société, démocratique, aboutissant à la seule élection pouvant influer sur la politique générale de la nation, les législatives. Sans doute que le gouvernement préfèrerait que les français puissent à Noël s'agglutiner dans des centres commerciaux bondés, s'embouteiller sur les routes pour se diriger vers nos stations de skis ou leurs résidences secondaires, s'amuser follement dans leurs attractions fétiches chez nos cousins américains avant un nouveau confinement. Ô joie, ces lubies ne sont pas incompatibles avec cette proposition bien que sans doute plus risquées qu'une élection bien organisée sur le plan sanitaire.

 

Je vous invite tous, en tant que citoyen, à la vigilance pour la défense de nos droits, de nos libertés et osons le mot de notre démocratie pour les prochains mois, y compris en cette période de crise sanitaire que je ne conteste pas mais dont je désapprouve profondément la gestion actuelle dans l'urgence et sans projection. Je regrette :

 

○ Des décisions girouettes, inéquitables, unilatérales, prises sur un plan strictement national, annoncées la veille pour une application le lendemain sans perspective.

 

○ Des élus locaux qui ne sont plus écoutés et consultés, qui sont même parfois victime d'un profond manque de respect alors qu'ils sont issus de la dernière élection en date avec une présence du contexte covid.

 

○Des commerçants, entrepreneurs, indépendants, associations et artisans locaux, qui respectent pour la grande majorité d'entre eux les mesures barrières avec leurs moyens et sur leurs fonds propres, qui font appliquer la distanciation physique, ne le sont pas d'avantage. Leurs activités et engagements sont mis en périls avec pour beaucoup comme seules solutions proposées la fermeture ou l'endettement auprès de la sphère privée pour payer des charges fixes (banque, assurance, bailleur, hébergeur...) qui continuent d'enrichir de grands groupes avec le regard bienveillant de la majorité.

 

○ Les réponses données aux interpellations citoyennes, locales ou nationales sont souvent un savant mélange agençant à souhait et selon le cas l'ironie, le détournement, la condescendance, la fatalité, l'autorité et la violence, en proportion variable selon le sujet.

 

○L'approche de la crise sanitaire est volontairement anxiogène. Certains hauts fonctionnaires et membres du gouvernement n'hésitent pas à stigmatiser des comportements marginaux et à les généraliser à l'ensemble de la population afin de justifier des mesures liberticides touchant chacun de nous. 

 

○ Nos services publics déclinent depuis plusieurs années par manque de moyen (suppressions de postes, fermetures de sites, économies d'échelles intenables) alors que l'argent n'a jamais autant circulé dans notre pays et n'a jamais été aussi mal réparti. Ce gouvernement ne remet pas en cause ce modèle, ses acteurs ont pour beaucoup contribués à le construire où y ont participé à différents niveaux, il préfère une situation qui perdure avec un système de soin engorgé, des agents publics à la limite de l'épuisement professionnel, un système de redistribution secteur privé / Etat tronqué, qu'une remise en cause d'un modèle de redistribution équitable permettant au pouvoir public d'avoir les capacités d'accompagner de manière efficiente ses citoyens dans les différentes étapes de leurs vies. Pourquoi ne pas taxer toutes les entreprises de façon forfaitaire et équitable par exemple en prenant les charges sociales et les impôts sur le chiffre d'affaire comme cela se fait pour les micro-entrepreneurs (et non sur la masse salariale ou une partie du bénéfice déclaré). L'Etat a besoin de moyens pour relever les défis de demain, assurer un juste service public, permettre aux entrepreneurs de travailler à tous de travailler et pouvoir se faire respecter par les grands groupes internationaux.

 

De mon côté mon engagement personnel pour la culture ne s'arrêtera pas durant cette période mais La Corbata Rosa suspend ses activités de galerie d'art car elles sont incompatibles avec le modèle de société qu'En Marche nous propose.

 

Si d'autres entrepreneurs, artisans, artistes, acteurs de l'économie sociale et solidaire, indépendants souhaitent se rassembler autour de cette démarche ou se retrouvent dans ces réflexions, n'hésitez pas à la partager et à nous mettre en lien.

 

Bon courage à tous, une pensée particulière aux personnels hospitaliers et aux malades que je soutiens dans leurs difficultés.

 

Prenez soin de vous en cette période.

 

Cordialement,

 

François-Victor Brunet - Galerie d'art actuel La Corbata Rosa

 

 

Notre communiqué de presse du 28 octobre 2020 : Pour en Finir avec 2020

La newsletter

 

NOVEMBRE 2020 : EN GREVE, newsletter n°62, 6 novembre 2020.

 

Vous souhaitez recevoir la newsletter de la galerie d'art actuel la corbata rosa à Rochefort-sur-Loire ?

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

 

et retrouvez l'historique de nos courriels précédents ici.